Suivez-nous    

Attention! Un coq fou fait des siennes au parc national de la Gaspésie!

2014-janvier-01
 
J'explique à des touristes le phénomène du coq fou,
lors de cette mémorable randonnée du 14 juin.
 
2014-janvier-02
 
Le coq fou pince ma main avec agressivité.

Le 14 juin dernier, lors d’une randonnée dans un sentier du parc national de la Gaspésie, mes parents et moi sommes tombés sur un tétras du Canada au comportement anormal. L’apprivoisement (l’imprégnation humaine) n’est pas à l’origine de l’audace de cet oiseau. Son attitude belliqueuse le classe dans la catégorie des « coqs fous ». Pour une raison obscure liée à l’instinct territorial, certains tétraonidés mâles anormalement agressifs voient des rivaux dans toutes les créatures violant leur fief. Ils poursuivent l’ennemi, quelle que soit sa taille, décrivent des cercles autour de lui afin de l’intimider, et finalement, au summum de l’aveuglement colérique, ils le chargent à coups de bec et d’ailes. Ses attaques étant inoffensives pour l’homme, la plupart des témoins croient à tort qu’il s’agit d’un oiseau apprivoisé dont le comportement est amical.

Comme le coq tétras du parc de la Gaspésie fonce dans les jambes des randonneurs, le pauvre oiseau risque d’être écrasé ou blessé. De plus, le nombre de visiteurs passant sur son domaine peut être pour lui une grave source de stress et d’épuisement. Nous conseillons aux gens qui rencontreraient cet oiseau de ne pas lui toucher ni encourager son comportement. Il faut également faire attention à ne pas l’écraser. Par respect, nous recommandons de quitter le secteur qu’il défend sans vous attarder.

En terminant, je souligne que j’ai souvent été témoin de cas de coqs fous chez la gélinotte huppée. C’est cependant la première fois que j’observe ce comportement chez le tétras du Canada.

 

Gisèle Benoit

 

Pour en savoir plus sur les comportements de la faune de chez nous, lisez mes chroniques sur le site de la Société Art et Science pour la Nature :

http://www.sasnature.org/index.php/FR/chroniques-nature/gisele-benoit

Mes études sur la gélinotte huppée et le tétras du Canada ont fait l’objet d’un documentaire qui fête cette année ses vingt ans : Des oiseaux pas comme les autres. Pour vous procurer le coffret DVD :

http://sasnature.org/index.php/FR/achat-en-ligne/cd-et-dvd-documentaires

 
 

Dominique Berteaux reçoit le prix Hubert-Reeves

La SAS Nature tient à féliciter Dominique Berteaux, professeur et chercheur à l'Université du Québec à Rimouski, ainsi que son équipe de collaborateurs, suite à l'obtention du prix littéraire scientifique Hubert-Reeves 2015 pour la publication de son livre Changements climatiques et biodiversité du Québec : Vers un nouveau patrimoine naturel. Cet excellent ouvrage de vulgarisation mérite grandement une reconnaissance pour son apport de qualité à la culture scientifique francophone. De plus, celui-ci se révèle un outil précieux de réflexion et de compréhension des changements climatiques, ce défi majeur des prochaines décennies.

Dominique Berteaux partage sa réaction sur YouTube

Pour en savoir plus sur Changements climatiques et biodiversité du Québec : Vers un nouveau patrimoine naturel

 
 
 
 
 

Le documentaire Des oiseaux pas comme les autres célèbre ses vingt ans!

La couvée – Gélinotte huppée et ses poussins
© Gisèle Benoit

Gisèle Benoit a réalisé des études captivantes sur certains oiseaux de sous-bois avec lesquels elle a développé une étonnante complicité. Produit en 1995 et distribué à travers le monde, ce documentaire unique a remporté le prestigieux Grand Prix du XIe Festival international du film ornithologique de Ménigoute, en France.

Malgré les années, Des oiseaux pas comme les autres demeurent une référence scientifique indéniable sur le comportement de la gélinotte huppée et du tétras du Canada.

Une version remastérisée, incluant d’amusants bloopers, est en vente sur notre boutique.

 
 
 
 
 
 

De captivantes causeries sur la vie sauvage!

causerie nouvelles

Une saison estivale qui s’annonce des plus intéressantes!

Riche de 35 années consacrées à l’étude du comportement animal en milieu naturel, la peintre et naturaliste Gisèle Benoit transmettra ses connaissances et son amour de la nature en donnant quatre causeries au cours de l’été 2015. Voilà une occasion exceptionnelle de découvrir la vie sauvage sous un jour nouveau!

Ces causeries se tiendront au crépuscule, autour d’un feu de camp, dans un environnement champêtre. Une atmosphère propice à l’écoute pour une meilleure compréhension des voix de la nature…

Voyez les dates et les détails dans notre nouvelle section Évènements.

 
 

Une rare exposition de dessins

Une exposition toute spéciale débutera le 1er juin 2015 à la Galerie d’art Monique et Gisèle Benoit. En effet, cet hiver, Gisèle prépare une série d’œuvres originales sur papier (dessins, études, esquisses). Ce sera la première fois, depuis 1980, que le public pourra admirer autant de dessins récents de cette artiste naturaliste.

Ces dessins seront intégrés à la galerie virtuelle du site de la SAS Nature à compter du 1er juin 2015.

http://www.sasnature.org/index.php/galerie-d-art-monique-et-gisele-benoit

 
 
 
 
 

Boréalie en péril : de bonnes nouvelles!

Le mémoire Boréalie en péril a été très bien accueilli par le Northeast Superior Regional Chiefs' Forum (NSRCF), un groupe politique ad hoc composé de chefs des Premières Nations qui travaille à la restauration de la réserve faunique de Chapleau, en Ontario. Le document a servi de référence et d’outil pour faire pression sur le gouvernement ontarien et sur les compagnies forestières afin que cessent les épandages d’herbicides et les coupes à blanc sur un territoire considéré, par plusieurs, comme étant la plus grande réserve faunique au monde. Les nouvelles sont encourageantes, car une entente est intervenue entre les compagnies forestières, le ministère des Richesses naturelles et les Premières Nations. Celle-ci prévoit la diminution graduelle des épandages d'herbicides de 20 % par année, jusqu'à l'arrêt définitif de cette pratique dans cinq ans. De plus, les Premières Nations et leurs conseillers ont mis sur pied un programme de gestion forestière limitant les dommages causés à l'écosystème de cette réserve. Les coupes à blanc et autres pratiques néfastes pour la biodiversité seront donc remplacées par une approche beaucoup plus écoresponsable. En 2015, la famille Benoit continuera d'être impliquée dans les discussions concernant l'avenir de la réserve faunique de Chapleau, dont elle a célébré les beautés et l'importance dans la série documentaire Les Carnets Sauvages. 

Vous pouvez lire le mémoire et visionner sa capsule vidéo sur le site de la SAS Nature en cliquant sur les liens suivants :

 
 

Vous contribuez directement à l'œuvre et à la mission de la famille Benoit en magasinant sur notre boutique.