Suivez-nous    

Espèces nuisibles : mythe ou réalité?

Du point de vue de l’homme, certaines espèces sont nuisibles, et d’autres, utiles. Au cours des siècles, la guerre menée contre les loups prouve que les prédateurs héritent en général de la mauvaise réputation.

Le loup a été éliminé au sud du fleuve Saint-Laurent et dans les états de l’Est américain depuis plus de cent ans. Le coyote a donc profité de la rareté du loup pour migrer vers l’est, se croisant avec son grand cousin de même qu’avec des chiens. Aujourd’hui, une espèce en pleine mutation occupe les territoires laissés vacants par le loup : le coyote de l’Est aussi appelé coyloup. Nettement plus robuste que le coyote de l’Ouest, il n’a cependant pas encore la taille et la force requises pour effectuer un contrôle nécessaire des populations d’orignaux, c’est-à-dire l’élimination des sujets malades, blessés et âgés dont la reproduction n’est pas souhaitable. Au mieux, le coyote de l’Est peut prendre soin des populations de cerfs de Virginie. Cherchez l’erreur : ces prédateurs jugés nuisibles sont continuellement persécutés et abattus au Québec, y compris dans les régions où l’on déplore les ravages causés aux vergers, aux cultures et aux forêts par les chevreuils, beaucoup trop nombreux. Comme quoi les mythes sont souvent plus forts que la réalité et contraires au gros bon sens!

En conclusion, je partage avec vous cette citation de l'astrophysicien et écologiste Hubert Reeves :

« Les mots espèces nuisibles et mauvaises herbes ne sont que le reflet d’un préjugé séculairement ancré, selon lequel les plantes et les animaux sont là pour nous servir ou nous réjouir, et que nous avons sur eux un droit discrétionnaire. Ces mots sont la traduction directe de notre égocentrisme (ou anthropocentrisme), de notre ignorance et de notre étroitesse d’esprit. Les animaux considérés comme nuisibles ne le sont que par nous, et il en est de même des herbes prétendues mauvaises. En réalité, nous ne sommes qu’une espèce parmi tant d’autres. Ajoutons, en passant, que, face aux extinctions multipliées d’espèces dont nous sommes aujourd’hui responsables, nous mériterions, seuls, le qualificatif d’espèce hautement nuisible à l’harmonie et à la préservation de la biodiversité. »

 

Gisèle Benoit

 

Tableau :
 
Les trois frères – Loups
Huile sur toile de Gisèle Benoit
61 cm x 91 cm (24’’ x 36’’)
Collection privée 

Vous contribuez directement à l'œuvre et à la mission de la famille Benoit en magasinant sur notre boutique.