Suivez-nous    

Les équivalences (Partie 2)

chrnLG05-01


La vitesse d’obturation, un monde magique!

La chronique précédente, intitulée La profondeur de champ au cœur des fleurs, ouvre une première porte sur le contrôle du résultat photographique. Cette deuxième et dernière partie sur le thème des équivalences traite du rôle important de la vitesse d'obturation. 

La majorité des boîtiers numériques réflex propose un choix de vitesses d'obturation s'échelonnant de 30 secondes (vitesse d'obturation très lente) à 1/4000e s (vitesse d'obturation très rapide), ainsi qu'une donnée appelée « bulb » permettant une exposition de plus de 30 secondes pour réaliser des photos lors de conditions nocturnes ou autres. (Pour la plupart des modèles de boîtier, l’option « bulb » est accessible en mode manuel « M » : en sélectionnant une vitesse d'obturation plus lente que 30 secondes, « bulb » s’affiche.)

Lorsque vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, vous sollicitez le posemètre qui, en mode « A » ou « Av », vous offre automatiquement la vitesse d'obturation adéquate pour exposer le sujet en fonction de l'ouverture de diaphragme et du ISO que vous avez privilégiés, ainsi que la lumière réfléchie du sujet. En bougeant la molette de sélection, le posemètre propose les équivalences. En mode « S » ou « Tv », c'est à vous de choisir la vitesse d'obturation. Le posemètre indique alors l'ouverture requise, mais en utilisant la molette de sélection, des équivalences vous seront proposées.

Peu importe le mode utilisé, l'appareil affiche plusieurs équivalences pour un contexte donné de lumière. Supposons celles-ci : 

100 ISO F/4 1/250e s
et
100 ISO F/22 1/8e s

Si votre appareil photo est fixé sur un trépied et que vous photographiez un sujet fixe, le choix d’une vitesse d'obturation rapide (1/250e s) ou d’une vitesse d’obturation lente (1/8e s) n'aura aucun impact. Aucune différence ne sera notée entre les deux images en regard de la vitesse d’obturation, car l’appareil comme le sujet sont immobiles. Par contre, si vous photographiez le même sujet à main levée, sans trépied, il y a de fortes probabilités que l’image prise à 1/8e s soit floue. En effet, le moindre mouvement se transmet à l’appareil et influence la netteté de l'image.

Attention! Sur l'écran de votre boîtier, vous n'y verrez que du feu, car l’image semblera parfaite. Cependant, un examen plus approfondi grâce à la loupe loupe au dos de l’appareil vous permettra d’agrandir la photographie et de découvrir le probable manque de netteté dans la zone de mise au point.

 

Quand doit-on se servir d'un trépied?

Personnellement, je travaille exclusivement avec un trépied. Je le considère d’ailleurs comme étant le prolongement de mon appareil. L'utilisation de cet outil repousse les frontières de la créativité et déploie un éventail presque illimité de résultats plus fascinants les uns que les autres. Toutefois, la règle 1/focale peut vous guider sur la nécessité ou non de recourir à un trépied, selon l'objectif et la focale utilisée. Par exemple, si vous photographiez un sujet avec un objectif 70-200 mm et que la bague de focale située sur l'objectif indique 200 mm, 1/focale se lit alors 1/200 mm. Remplacez simplement la distance (suffixe mm) par la vitesse d'obturation donnée en fraction de seconde (suffixe ième de seconde) et vous obtenez 1/200e s. Cette donnée indique que l’utilisation de l’appareil à main levée risque d’entraîner des photos floues à des vitesses d’obturation plus lente que 1/200e s. Une règle infaillible!

Attention! Si vous utilisez un boîtier à petit capteur1, vous devez d'abord multiplier la focale par le facteur de conversion avant d'appliquer la règle. Par exemple, pour un boîtier D300 de Nikon, le facteur de conversion étant de 1.5 fois la focale, vous obtenez 1/300e s (1.5 x 200 mm = 300 mm). Par conséquent, l’utilisation à main levée d’un objectif 200 mm sur un boîtier D300 risque de produire une photo floue à toutes les vitesses d’obturation plus lente que 1/300e s. L’emploi d’un trépied est alors fortement recommandé. 

Si un objectif (Canon, Nikon) ou un boîtier (Sony, Pentax) possède un stabilisateur d'images – cela fait gagner deux, trois ou quatre crans –, la prise de photos à main levée est possible malgré une vitesse d'obturation plus lente que la règle. 

chrnLG05-02

Pour se déplacer sur la roche, le phoque doit sautiller. Ainsi, pour figer ce mouvement, 
une vitesse d’obturation rapide est nécessaire d’autant plus que l’objectif 300 mm 
additionné du convertisseur et de l’ajustement de l’image en format 1.5x 
totalisent une focale de 630 mm. Le déclencheur souple et la fonction 
« miroir vers le haut » étaient essentiels pour obtenir une bonne netteté du sujet.
 

chrnLG05-03

Lorsque le canard colvert s’extraie de l’eau, tel un manteau de glace, le liquide
recouvre son corps. Pour visualiser cet effet, vu la faible lumière de fin de journée,
j’ai dû augmenter considérablement le ISO afin d’obtenir une vitesse d’obturation rapide.

 

Une vitesse d’obturation rapide pour capter le mouvement d’un sujet

À part la mobilité nécessaire pour effectuer de belles photographies à main levée, sans l’encombrement d’un trépied, d’autres avantages découlent de l’utilisation d’une vitesse d'obturation rapide (1/250e s et plus). Par exemple, l’obtention d’une image nette d’un sujet en déplacement (animal, oiseaux, personnages...). En général, des vitesses d'obturation rapide de l'ordre de 1/500e s, 1/1000e s, etc., figent les objets ou les corps en mouvement. Plusieurs facteurs2, 3 influencent le choix d’une vitesse d'obturation rapide : 

  1. Figer le mouvement d’un sujet dépend évidemment de sa vitesse de déplacement : plus cette dernière est rapide, plus la vitesse d'obturation devra être brève (ex. : 1/500e s, 1/1000e s, etc.).

  2. La distance entre l’appareil photo et le sujet joue un rôle important : plus le sujet est proche, plus rapide doit être la vitesse d'obturation.

  3. La focale de l'objectif influence le résultat : plus la focale est puissante (100 mm, 200 mm, 300 mm, etc.), plus il devient impératif d'opter pour une vitesse d'obturation rapide pour figer le sujet.

  4. Le photographe doit tenir compte du sens dans lequel se déplace son sujet : si ce dernier se déplace parallèlement au boîtier, une vitesse d'obturation très rapide sera essentielle pour figer son mouvement.

Attention! En sélectionnant une vitesse d'obturation rapide en mode « S » ou « Tv », vérifiez que l'ouverture de diaphragme ne clignote pas ou que la mention « Lo » n’apparaît pas, car cela indiquerait une photo sous-exposée (trop sombre). Si c'est le cas, choisissez un ISO plus élevé (ex. : 1000 ISO, 2000 ISO et plus). Si vous sélectionnez le ISO le plus sensible que possède votre boîtier et que la vitesse d'obturation demeure trop lente en raison du peu de lumière éclairant votre sujet, utilisez le flash si votre sujet est à sa portée. Si vous utilisez le mode « A » ou « Av » et que la vitesse d'obturation fournie par le posemètre est trop lente, augmentez le ISO. Le flash pourrait aussi être employé.

En résumé, la sélection d'une vitesse d'obturation rapide permet au photographe de travailler à main levée en toute sécurité. Un temps d’exposition bref peut être sollicité afin de figer un mouvement. N'oubliez pas qu'il sera peut-être nécessaire d'augmenter le ISO.

chrnLG05-04

Une vitesse d’obturation rapide fige le mouvement.
Sur la photographie ci-dessus, les particules d’eau figées éclaboussent les roches.
Sur l’image ci-dessous, une eau brumeuse est le résultat d’une vitesse d’obturation lente.
 

chrnLG05-05

 

Un volet particulier de la photographie : la vitesse d’obturation lente

Une vitesse d’obturation lente, l’appareil photo obligatoirement fixé sur le trépied, offre des résultats parfois magiques, saisissants et même spectaculaires! Qui n'a pas eu l'opportunité d’apprécier ces images de chutes au débit vaporeux? Comment obtient-on ce rendu, et de surcroît, en plein jour, sans surexposer la photographie?

Pour réussir ce genre d'image, une vitesse d'obturation de l'ordre de 1/8e s ou plus lente est nécessaire4. Afin d'obtenir ce temps d'exposition, il est important de sélectionner le ISO le moins sensible (ex. : 100 ISO). De plus, si vous utilisez le mode « A » ou « Av », optez pour la plus petite ouverture de diaphragme (ex. : F/22); ainsi, le posemètre vous offrira la vitesse la plus lente afin de bien exposer votre sujet, compte tenu de la lumière ambiante. Si vous préférez le mode « S » ou « Tv », choisissez la vitesse d'obturation désirée à l'aide de la molette de sélection; ensuite, assurez-vous que l'ouverture de diaphragme fournie par le posemètre ne clignote pas ou que « Hi » n’apparaisse pas. Si c'est le cas, votre photographie sera surexposée (trop claire).

chrnLG05-06

Une vitesse d’obturation lente favorise une eau vaporeuse, presque irréelle.
Pour obtenir ce rendu sans surexposition, la filtration est nécessaire.

 

Des filtres à la rescousse 

Deux catégories de filtres ont pour but de diminuer la quantité de lumière afin d'éviter la surexposition, lors d’une exposition longue durant le jour. Ces filtres se vissent directement sur le devant de l'objectif ou se glissent dans un porte-filtre qui, à l'aide d'une bague, se fixe sur l'objectif.

Le filtre polarisant réduit la lumière de 2 crans (de 12/3 à 2 crans). En installant ce dernier devant l'objectif, quatre fois moins de lumière atteindra le capteur, favorisant ainsi une vitesse d’obturation plus lente. Par exemple, si le posemètre indique F/22, 1/30e s et 100 ISO sans filtre, il affichera les données suivantes après l’installation du filtre : F/22, 1/8e s et 100 ISO.

Certains filtres neutres jouent un rôle similaire. Toutefois, il existe sur le marché différents filtres neutres. Le filtre neutre qualifié de « clair » ou « neutre 1X » n'a aucun effet sur la lumière, son unique but étant de protéger l'objectif. Le filtre neutre de cœfficient « 2X », appelé aussi ND 0.3, coupe la lumière d'un cran. Un filtre neutre « 4X » ou ND 0.6 diminue la lumière de deux crans, tandis qu’un filtre de cœfficient « 8X » ou ND 0.95, vous l’aurez deviné, réduit la lumière de trois crans. Et ainsi de suite…

Certains filtres neutres sont si sombres qu’ils trompent le posemètre intégré à votre boîtier. Ce dernier ne peut vous offrir une bonne analyse de la lumière réfléchie, avec pour résultat une image sous-exposée. C’est parfois le cas avec un filtre neutre de cœfficient « 64X » ou ND 1.8 (six crans), ou un filtre neutre « 1000X » ou ND 3.0 (dix crans). Pour bien utiliser ce type de filtres, il faut faire quelques calculs que l'on reporte au posemètre en utilisant le mode « M ».

Alors que certains filtres neutres ont pour seul et unique but de réduire l’apport de lumière, le filtre polarisant propose aussi d’autres avenues : il enlève les reflets sur les surfaces réfléchissantes (eau, fenêtres, etc.) et sature les couleurs. Notez qu'il est possible de combiner plus d'un filtre, en fixant un polarisant et un filtre neutre de cœfficient « 8X » ou ND 0.9 (trois crans); ainsi, vous obtenez une vitesse d'obturation 32 fois plus lente!

chrnLG05-07

Les nuages sont une source d’inspiration intéressante particulièrement lors de
l’emploi d’une vitesse d’obturation très lente. Trépied, déclencheur souple et fonction
« miroir vers le haut » (« Mup ») sont des éléments essentiels pour une bonne
netteté de l’image.

 

Patience et précautions au rendez-vous 

La maîtrise d’effets photographiques particuliers nécessite une bonne dose de patience et de minutie. Il ne suffit pas de mettre l’appareil photo sur le trépied, encore faut-il ajuster ce dernier et mettre le stabilisateur d'images hors service. De plus, l'utilisation d'un déclencheur souple (déclencheur relié à l'appareil par un fil) est essentielle afin d'éliminer le flou créé en appuyant directement sur le bouton du déclencheur avec un peu trop d'enthousiasme! En mode « bulb », le retardateur inclus à votre boîtier de même que certains déclencheurs à distance (commandes sans fil) ne respectent pas le temps d’exposition déterminé par le photographe; l’emploi d’un déclencheur souple est alors requis. Surtout, ne touchez pas au trépied lors de la prise de vue! Sachez aussi que tout mouvement près de ce dernier peut compromettre la netteté de l'image.

Pour la majorité des boîtiers, le miroir se redresse lorsque l’on appuie sur le déclencheur, ce qui provoque une vibration à l'origine d'un flou perceptible lors de l'agrandissement de l’image. Pour le photographe voulant imprimer un grand format, il faut minimiser le problème en actionnant la fonction appelée « miroir vers le haut » (« Mup »). Celle-ci permet de laisser un délai d'une ou de plusieurs secondes entre la levée du miroir et l'ouverture de l'obturateur.

chrnLG05-08

Des gens circulaient sans cesse sur ce site touristique de Forillon en Gaspésie.
Ne pouvant attendre plus longtemps, j’opte pour l’addition d’un filtre afin d’obtenir une
vitesse d’obturation très lente. Ainsi, les personnes déambulant dans le cadrage de mon
appareil photo ne sont pas visibles sur la photographie. Notez le mouvement du vent
dans les fleurs d’épilobes et l’eau du fleuve qui semble calme.

 

La vitesse d’obturation lente aux portes de l’inédit

Si l'eau est un sujet de prédilection pour la photographie à vitesse d'obturation lente, les nuages offrent une touche originale. L’étirement de ces derniers, favorisé par une vitesse d’obturation lente, accélère le temps et accroît la perspective dans l’image. À son tour, le vent devient un allié du photographe : le mouvement des plantes secouées par le vent est maintenant visible sur l’image.

Des gens sont dans votre champ de mire? Comme par magie, une longue exposition les fera disparaître rapidement, pourvu qu’ils soient en mouvement! Si la scène se déroule en plein jour, rappelez-vous qu'il sera nécessaire d'utiliser un ou des filtres pour éviter la surexposition.

chrnLG05-09

Photographier un sujet fixe, appareil photo en mouvement à vitesse d’obturation lente :
une surprise à tout coup!
 

Vous désirez présenter un montage de vos photographies à l’aide d’un logiciel tel « PowerPoint »? Sur la première photographie, un titre accrocheur annonce la présentation, mais il se confond avec la photographie en arrière-plan. Remplacez cette image détaillée par une photographie abstraite qui mettra le titre en valeur. Notez que les fleurs sont des sujets de choix pour un rendu intéressant. Plus il y a de couleurs, plus fascinant sera le résultat. Pour ce faire, choisissez une vitesse d’obturation lente (entre 1/15e s et 1/4e s) en mode « S » ou « Tv ». Assurez-vous que l'ouverture de diaphragme fourni par le posemètre ne clignote pas ou que « Hi » n’apparaisse pas. Si c'est le cas, il faudra choisir un sujet placé dans l’ombre ou mettre un filtre pour réduire la quantité de lumière (filtre polarisant ou neutre de cœfficient « 8X » ou ND 0.9). Faites la mise au point sur une des fleurs. Si vous utilisez le mode autofocus (mise au point automatique), sélectionnez la fonction « One Shot » ou « AF-S ». Une fois la mise au point effectuée, laissez le doigt à mi-course sur le déclencheur et commencez à bouger rapidement votre appareil. Un mouvement circulaire donne généralement de bons résultats. Lorsque l’appareil photo est en mouvement, enfoncez le déclencheur pour prendre la photo, tout en poursuivant la trajectoire. Si votre objectif (Canon, Nikon) ou votre boîtier (Sony, Pentax) possède un stabilisateur d'images, il est crucial de le désactiver pour cet exercice. Tant que la photographie n’est pas terminée, le photographe n’a aucune idée du résultat qui l’attend. Ce sera une surprise!

chrnLG05-10

Le collimateur sur l’œil de l’animal, le photographe doit ajuster son mouvement au même
rythme que celui de son sujet. La vitesse d’obturation rapide fige l’oiseau en vol.

 

Suivre le mouvement

Suivre un sujet en déplacement exige une bonne coordination entre le photographe et la vitesse de déplacement du sujet. Travailler à main levée facilite la présence du sujet au bon endroit dans le cadrage de la photo. Avec une vitesse d'obturation rapide, le sujet sera figé ainsi que l'arrière-plan. Plus la vitesse d'obturation sera lente, plus l'arrière-plan sera flou, dessinant un filé (terme photo désignant la traînée de couleurs laissant croire à une rapidité accrue du sujet.) Toutefois, si vous utilisez une vitesse d’obturation trop lente, votre sujet sera flou tout comme votre arrière-plan.

 

Rappel 

Une vitesse d'obturation lente, l’appareil photo fixé sur le trépied, assure un flou du sujet en déplacement. Par contre, lorsqu’on suit à main levée le sujet en mouvement, ce dernier sera relativement net, mais l'arrière-plan laissera un filé.

L’emploi d’une vitesse d’obturation rapide, appareil sur trépied ou à main levée, permet de figer le sujet en mouvement.

Dès qu’il y a un mouvement dans votre cadrage, demandez-vous si vous voulez figer ce mouvement ou le mettre en valeur par la création d’un effet particulier.

La compréhension et la mise en pratique de ces notions, basées sur la profondeur de champ et la vitesse d'obturation, permettent d'obtenir la photographie que vous désirez dès les premières images. Cependant, la pratique régulière est essentielle pour maîtriser avec assurance ces choix cruciaux. La nature nous offre de nombreux et extraordinaires sujets pour évoluer dans le vaste monde de la photographie, mais le respect de ces derniers est primordial. À vos appareils!

 

Lucie Gagnon

 
Galerie d'art virtuelle de Lucie Gagnon : lugaphoto.com

 

Photos et données techniques :
 
© Lucie Gagnon/OBJECTIF NATURE
 
Toutes les photographies ont été faites à l’aide d’un trépied Gitzo GT2531EX et tête à rotule GH 2780QR ou d’un trépied Manfrotto 055 pro et tête 468 RC accompagné d’un déclencheur souple MC 30 ou MC 36, sauf la dernière image où j’ai travaillé sans déclencheur souple.
 
Rochers
F/16 1/2 s 50 ISO
Objectif 17-35 mm AF-S Nikkor 1:2.8 D ED (photo prise à 20 mm)
Boîtier Nikon D800
Filtre polarisant jaune/bleu et filtre dégradé neutre
 
Phoque
F/8 1/500e s 400 ISO
Objectif 300 mm AF-S Nikkor 1:2.8 ED et convertisseur Nikon 1.4x
Boîtier Nikon D800 ajusté en format DX (1.5x)
 
Canard colvert
F/8 1/1000e s 6400 ISO
Objectif 300 mm AF-S Nikkor 1:2.8 ED et convertisseur Nikon 1.4x
Boîtier Nikon D700
 
Rochers
Haut : Objectif 180 mm Nikkor 1:2.8 ED
Boîtier Nikon D700
F/4 1/1250e s 320 ISO
Filtre polarisant
Bas : Objectif 180 mm Nikkor 1:2.8 ED
Boîtier Nikon D700
F/22 129 s 100 ISO
Filtre polarisant et filtre neutre 10X (ND 3.0)
 
Eau vaporeuse
F/25 72 s 100 ISO
Objectif 105 mm Micro Nikkor 1:2.8 G IF ED
Boîtier Nikon D700
Filtre neutre 10X (ND 3.0)
 
Nuages
F/22 129s 100 ISO
Objectif 17-35 mm AF-S Nikkor 1:2.8 D ED (photo prise à 19 mm)
Boîtier Nikon D700
Filtre polarisant et filtre neutre 10X (ND 3.0)
 
Forillon
F/29 85 s 100 ISO
Objectif 105 mm Micro Nikkor 1:2.8 G IF ED
Boîtier Nikon D800
Filtre neutre 10X (ND 3.0)
 
Mouvement
F/36 1/15e s 50 ISO
Objectif 60 mm Micro Nikkor 1:2.8 D
Boîtier Nikon D800
 
Oiseau
F/6.3 1/640e s 100 ISO
Objectif 300 mm AF-S Nikkor 1:2.8 ED 
Boîtier Nikon D200
 
 
Références :
 
1 Voir la chronique intitulée : Le retour
 
2 CHÂTELAIN, E. Objectif photo, volume 1, [s. l.], Édition Grolier Limitée, 1985, p. 98, 99.
 
3 MORGAN, Willard D. The Encyclopedia of Photography, Volume 1, [s. l.], Greystone Press, 1963, p. 47, 48, 61-68.
 
4 LEUCHTER, Miriam. La photo parfaite, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2012, p. 49, 54-58.
 
5 B&W Filter. Catalog, B&W Neutral Density Filters, p.15.

Vous contribuez directement à l'œuvre et à la mission de la famille Benoit en magasinant sur notre boutique.